www.michelberetti.net
Œuvres    
Trop de diables sous leurs jupes
en collaboration avec Nathalie Hounvo-Yekpé

avec :
Eliane Chagas (Sourou)
Carole Lokossou (Akpé)
Nathalie Hounvo-Yekpé (Floris)
Sophie Metinhoué (Ifèdé)
Mariame Darra (Agossi)

mise en scène : Bénédicte Wenders

présentation d'une maquette au Théâtre du Châtelard, Ferney-Voltaire, grâce à une résidence offerte par la Compagnie FOR (direction Simone Audemars), décembre 2013

création le 13 novembre 2015 à l'Institut français de Cotonou (Bénin) puis le 14 novembre au Centre culturel Artisttik Afrika

Trop de diables sous leurs jupes création à Cotonou en novembre 2015

Quelque part en Afrique de l’Ouest, une cour commune où des femmes cuisinent, étendent leur linge, bavardent, plaisantent, se disputent, se confient et s’affrontent. Une dizaine de femmes, dont l’âge s’échelonne entre la soixantaine et l’adolescence, et qui ont différentes façons de concevoir l’amour et les relations avec les hommes.
A la fin de l’histoire, les destins des cinq personnages principaux se séparent : Ifèdé, malgré sa position sociale élevée, ne gardera son mari que parce qu’elle le domine et qu’elle a peur de se retrouver seule. Sourou, la folle de la cour, revivant l’ancienne épopée des Amazones du Dahomey, déclarera la guerre aux hommes. Akpé continuera de mener une vie d’obéissance et de résignation, tandis que sa fille Agossi partira chercher ailleurs l’amour absolu dont elle rêve. Floris comprendra qu’une femme ne peut entretenir avec les hommes une relation d’égalité que si elle conquiert son indépendance au risque de la solitude.

Trop de Daibles sous leurs jupes Cotonou 2015

Trop de diables sous leurs jupes est publié aux Editions Plurielles, Cotonou.

 
À lire également
Entrent Mary Shelley et Casanova... (2018)
 
collage Philippe Macasdar
Philippe Macasdar, directeur du Théâtre Saint-Gervais (Genève) m'écrit (25 septembre 2017) : "Rencontres (dialogues ?) imaginaires. Une collection pour raconter une Genève faite d'écrivains y étant passés et pour certains installés, plus ou moins acceptés, plus ou moins inspirés, plus ou moins heureux; certains repartis ailleurs, pour y revenir ou plus jamais; d'autres enfin n'ayant pu y entrer, stopper net à la frontière... Genève est la patrie des écrivains. Paradoxale, rétive et poreuse, généreuse et ombrageuse. Genève qui se nourrit et qui nourrit. Terre d'accueil propice à la réflexion, à l'inspiration, à la création..."
 
Hunting the Blue Whale (2018)
 
Hunting the Blue Whale est un projet d'écriture numérique collective débouchant sur un spectacle théâtral pour plusieurs établissements scolaires. Il sera réalisé au cours de l'année scolaire 2018-9 à l'Ecole de Culture Général de Fribourg. Contact a été pris avec d'autres établissements scolaires en Suisse, en France et au Mali.
Alexandre Doucin - projet Govi
 
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
De 1849 à 1855, Heinrich Barth voyage en Afrique. Il séjourne plusieurs mois à Tombouctou entre septembre 1853 et mai 1854. Seuls deux Occidentaux étaient entrés avant lui dans cette ville interdite aux Chrétiens sous peine de mort : René Caillié avait visité Tombouctou vingt ans plus tôt, en 1829 ; juste avant lui, le major Alexander Gordon Laing l’avait précédé, mais il avait été assassiné après son départ de la ville, et ses observations sont à jamais perdues. Tombouctou est toujours entourée d’une aura de mystère. A Tombouctou et dans la région de la boucle du Niger, Barth découvre des manuscrits qui sont pour lui une véritable révélation : contrairement à ses contemporains, Barth pense que l’Afrique a une Histoire. Il traite cette Histoire comme les historiens de son époque traitent celle de l’Europe. En Occident, c’est une pensée pionnière ; Barth fait un premier pas vers une Histoire mondiale composée d’histoires différentes aux interactions multiples.