www.michelberetti.net
Œuvres    
Madame Tirailleur

"Ce qu'il y a de meilleur chez le tirailleur, c'est sa femme", écrivait un officier français au début du siècle passé. A partir de quelques lignes des carnets de guerre de Roger Martin du Gard, voici l'histoire d'Ouley, qui revêt l'uniforme des tirailleurs sénégalais pour suivre son mari sur les champs de bataille de la Première Guerre Mondiale...

Vertiges racontait l'histoire d’un déserteur qui avait vécu dix ans travesti en femme, son épouse et lui (ou elle) se faisant passer pour un couple de lesbiennes. Les guerres déplacent la frontière des genres : au même moment, des femmes travesties en homme pour fair la guerre sont raccompagnées de force à l’arrière, comme Marie Marvingt. Les femmes des tirailleurs sénégalais ne se contentaient pas de faire la cuisine et de s’occuper des enfants, il leur arrivait d’accompagner leurs maris sur la ligne de front et les ravitaillaient en munitions. Plusieurs sont tombées sur sur le champ de bataille et ont été citées à l'ordre de l'armée à titre posthume. Nulle exaltation patriotique chez Ouley, seulement soucieuse du bien-être de son mari : il ne mange que ce qu'elle lui prépare et ne fait pas confiance à la cuisine exotique des Blancs. N'est-elle pas une bonne épouse qui doit assurer à son mari la cuisine et le plaisir au lit ? Surtout elle a peur qu'une Blanche lui vole son mari... Ainsi Ouley jette sur la France, la guerre et le monde étrange des Blancs son regard faussement naïf et décalé.

Madame Tirailleur a fait l'objet d'une première lecture par Sarah Pepe à Reims le 29 novembre 2016 dans le cadre de "l'Eté en automne" de Didier Lelong. La version actuellement en chantier a été lue par Alima Togola pendant la nouvelle édition de cette manifestation le 27 novembre 2017.

Le texte de cette version intermédiaire a été édité aux Editions Awoudy (Lomé, Togo) dans la collection "Escale" : "Balade théâtrale 3".

L'écriture de Madame Tirailleur se poursuit en collaboration avec la comédienne Armelle Abibou.
 
À lire également
Entrent Mary Shelley et Casanova... (2018)
 
collage Philippe Macasdar
Philippe Macasdar, directeur du Théâtre Saint-Gervais (Genève) m'écrit (25 septembre 2017) : "Rencontres (dialogues ?) imaginaires. Une collection pour raconter une Genève faite d'écrivains y étant passés et pour certains installés, plus ou moins acceptés, plus ou moins inspirés, plus ou moins heureux; certains repartis ailleurs, pour y revenir ou plus jamais; d'autres enfin n'ayant pu y entrer, stopper net à la frontière... Genève est la patrie des écrivains. Paradoxale, rétive et poreuse, généreuse et ombrageuse. Genève qui se nourrit et qui nourrit. Terre d'accueil propice à la réflexion, à l'inspiration, à la création..."
 
Hunting the Blue Whale (2018)
 
Hunting the Blue Whale est un projet d'écriture numérique collective débouchant sur un spectacle théâtral pour plusieurs établissements scolaires. Il sera réalisé au cours de l'année scolaire 2018-9 à l'Ecole de Culture Général de Fribourg. Contact a été pris avec d'autres établissements scolaires en Suisse, en France et au Mali.
Alexandre Doucin - projet Govi
 
 
Pêcheuses de Lune (2018)
Il y a Tantie Fatou, l'aînée, couturière, qui a préféré fuir la vie réelle en vivant avec une foule de défunts qui se disputent le monopole de la télévision et mettent à tout instant leur grain de sel dans la conversation. Il y a Awa qui torche les vieux dans une maison de retraite et qui le fait de bon coeur par respect pour ces aînés dont la famille ne veut pas voir la dégradation de la vieillesse. Il y a Patience, femme de ménage, honnête et naïve, dont le travail harassant est exploité sans vergogne par un compatriote, car la solidarité entre Africains migrants n'existe pas: au contraire, chacun essaie d'enfoncer l'autre pour qu'il n'accède jamais à un niveau supérieur. De la même façon qu'Awa se prétend infirmière et Patience "technicienne de surface", Adjara, pourtant brillante diplômée en Droit, ment elle aussi en disant qu'elle est avocate, alors qu'elle se prostitue pour aider sa famille. Et sur le marché de Bamako, voilà enfin Ouleye que les mensonges des autres ont convaincue de partir à son tour...