www.michelberetti.net
Actualités    
Djon bé sini don ? aux Zébrures d'Automne à Limoges

 
La pièce de Michel Beretti - Djon bê sini don ?, Qui connait l’avenir ? en Bambara - interprétée par Alima Togola a été soutenue par l’Institut français du Mali et présentée sur sa scène en novembre 2018.

"L’immigration clandestine y est d’abord abordée sur le ton d’un humour incisif et percutant où deux Maliennes (interprétées l’une et l’autre par la comédienne) dialoguent au téléphone. L’une est à Paris, l’autre est restée à Bamako, puis ce seront ses ex-futures-belles-sœurs, son ex-future-belle-mère, son ex-futur-époux, ses copines, et son vrai mari, avec le vêtement duquel elle dialogue en son absence.

Car Alima Togola – ou le personnage qu’elle joue – a épousé un Blanc. Rebelle, elle dénonce avec une joyeuse férocité l’oppression des femmes de son pays, mais aussi leur hypocrisie, le poids des familles sur les individus, les tares d’une société où le lien se défait, sa nausée devant le cliché d’une Afrique éternellement vouée au malheur.

Mais dès qu’elle foule le sol de son autre pays, la France, elle ne se sent jamais tout à fait à son aise. Comme si son origine africaine et sa couleur de peau ne faisaient pas d’elle une Française à part entière. La voilà maintenant qui peint par une série d’anecdotes drolatiques nos travers, et ceux des migrants qui s’exercent à une performance de la frime pour rester dignes d’eux-mêmes vis à vis des leurs restés au pays. Le tragique n’est pourtant jamais loin quand le spectre des anciennes guerres coloniales surgit entre elle et son mari.

Parce que la résilience est aussi cette capacité à rigoler de ce qui est tragique. Le ton est formidablement juste et magnifiquement interprété par Alima Togola. Pas de drame, pas de larmes, mais un franc sourire empathique. Le portrait d’une femme qui prouve qu’elle est libre malgré les préjugés et liens qui entravent ses sœurs africaines. Une pièce à montrer autant en Afrique qu’en Europe. Un spectacle qui parle avec une force intime à chaque spectateur."

(Journal de l'Institut Français du Mali)
 
 
À lire également
La Légende Baoulé à Charleville-Mézières (2018)
Après une belle tournée africaine en Côte d'Ivoire, au Bénin et au Togo, La Légende Baoulé sera reprise au Festival des Théâtres de marionnettes de Charleville-Mézières à la fin septembre. 
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
Von 1849 bis 1855 reiste Heinrich Barth nach Afrika. Zwischen September 1853 und Mai 1854 verbrachte er mehrere Monate in Timbuktu. Nur zwei Westler waren vor ihm in diese Stadt eingedrungen, die den Christen wegen Todesstrafe verboten war : René Caillié hatte Timbuktu zwanzig Jahre zuvor, 1829, besucht ; kurz vor ihm war Major Alexander Gordon Laing ihm vorausgegangen, aber er war nach seiner Abreise aus der Stadt ermordet worden, und seine Beobachtungen sind für immer verloren. Timbuktu ist immer von einer geheimnisvollen Aura umgeben.
In Timbuktu, er entdeckt Manuskripte, die für ihn eine wahre Offenbarung sind. Im Gegensatz zu seinen Zeitgenossen glaubt Barth, dass Afrika eine Geschichte hat.  Er behandelt diese Geschichte als Historiker seiner Zeit, die die Geschichte Europas behandeln. Im Westen ist dies ein bahnbrechender Gedanke ; Barth macht einen ersten Schritt in Richtung einer Weltgeschichte, die aus verschiedenen Geschichten mit mehreren Interaktionen besteht.
 
Traversée (2018)
 Cinéma_Hammaguir
 
"Entre la dissipation de l'oubli qui entoure les anciennes infrastructures spatiales et leur disparition, ce voyage sonore prête une voix à l'absence. Récits d'hommes, d'animaux, de paysages bruissants des rumeurs de la grande Histoire, entre documentaire et fiction, cette évocation traverse soixante ans d'aventure terrestre de l'espace."