www.michelberetti.net
Œuvres    
Quelque chose de Carmen
création chorégraphique

chorégraphie : Sergio Simón
musique : Renaud Garcia-Fons
dramaturgie : Michel Beretti
décors et costumes : Alain Lagarde
lumières : Xavier Lauwers
assistant répétiteur : Ludovic Wystraete
collaboration à la chorégraphie : Eva Boucherite

danseuses et danseurs :
Yoo Mi Ahn
Damien Bougas
Alicia Cabrero
Clémence Chevillotte
David Debernardi
Yannick Diaz
Benjamin Duluc
Anusha Emrith
Africa Manso
Willyo Rodriguez

Renaud Garcia-Fons Quartet
Renaud Garcia-Fons, contrebasse cinq cordes
David Venitucci, accordéon
Kiko Ruiz, guitare acoustique
Pascal Rollando, percussions

création le 9 février 2012 à l'Opéra-Théâtre de Limoges
production Opéra-Théâtre de Limoges


photographies Opéra de Limoges


Une femme trop libre au goût des hommes, et qui paie de sa vie cette liberté assumée. Carmen est un mythe créé par les hommes qui ont peur du désir des femmes et qui tuent à la fin celle qui fait scandale parce qu’elle aime librement, comme on sacrifiait un bouc.Tandis que les femmes se libèrent, non sans reculs, de l’oppression des hommes que leur émancipation désoriente, on tue encore parfois une femme qu’on préfère faire mourir plutôt que de l’abandonner à un autre – ou à une autre, ou bien c’est une femme qui tue. Autres façons de tuer : par l’habitude, l’ennui. Dans un couple, se pose toujours la question de savoir qui dicte les règles. Aimer est toujours un risque : le risque de tout quitter, le risque d’être quitté. « Carmen », c’est ce désir qui va, sans tenir compte des règles.Ce ballet raconte, avec les moyens d’expression de la Danse d’aujourd’hui, des fragments d’histoires, des éclats de vie saisis dans les rues des villes : ce qui se passe entre les hommes et les femmes d’aujourd’hui.

El apartamento esta casi vacio de muebles : una cama, un espejo y una silla. Laura se desnuda lentamente mirandose al espejo, Manuel se acerca quiere acariciarle la nuca.Parecen muy jovenes.

Laura – No.
Manuel – Por què no ?
Laura – Porque no.
Manuel – Por què no quieres ?
Laura – Por què tu quieres siempre ?
Manuel – Por què tu nunca quieres ?
Laura – Porque no quiero.
Manuel – Eso no es una respuesta.
Laura – Tendràs que conformarte con ella.
Manuel – Por què te desnudas entonces ?
Laura – Para sentir como tu deseo se enciende.
Manuel – Por què buscas encender mi deseo si no quieres ?

Ella no le contesta, ni lo mira ,pero contempla su reflejo en el espejo. No es el reflejo de Manuel al que ella se dirije. El no està en su campo de visiòn, està demasiado ladeado.

Laura – Me gusta que me mires cuando me desnudo. Me gusta desnudarme delante de ti.
Manuel – Si, pero cuando te desnudas tengo ganas de tocarte, de acariciarte, de te….
Laura – Si, pero yo no tengo ganas.
Manuel – De què no tienes ganas?
Laura – De que me toques.
Manuel – Entonces, dime de que tienes ganas.
Laura – De que me mires.
Manuel – Solo de que te mire ?
Laura – No quiero que me toques.
Manuel – Ya me lo has dicho.

Manuel (de mal humor) .Tiempo.

Laura – Como me encuentras ?
Manuel – Deseable.
Laura – Eso es todo ? Ese es todo el efecto que te provoco ? No quiere decir nada : "deseable" ! Que deseo ? Cual es el deseo que enciendo en ti cuando me desnudo y te obsevo en el espejo para sorprender tu mirada en mi ?
Manuel (aturdido) Tu me observas cuando te miro ?
Laura – Si.

Tiempo. Laura guarda silencio.

Laura – Tu crees que deberia afeitarme el pubis ?
(...)

Les deux textes qui ont précédé et accompagné la création chorégraphique de Quelque chose de Carmen ont été écrits pour la perte. C'est-à-dire qu'un palimpseste de gestes, de situations les a peu à peu recouverts. Leur mise en scène n'apporterait rien de plus. Ils sont devenus mouvement.

 

reprise 2012 à l'Opéra de Rouen, Théâtre des Arts, avec
Anna Belen Monedero
Guillaume Barre
Damien Bougas
Alicia Cabrero
Clémence Chevillotte
David Debernardi
Benjamin Duluc
Africa Manso
Kayo Nakazato
Willyo Rodriguez
 
À lire également
Madame Tirailleur (2019)
1914, quelque part dans un village d’Afrique de l’Ouest. Ouleye est fière d’avoir épousé un tirailleur sénégalais de l’armée coloniale des Français. Mais voilà la Grande Guerre. Bravant la réprobation des femmes, Ouleye revêt l’uniforme pour suivre son mari en France sur les champs de bataille : elle a peur qu’une Blanche lui vole son mari, et n’est-elle pas une bonne épouse dont le devoir est d’assurer à son mari la cuisine et le lit ? Ainsi Ouleye va-t-elle jeter sur la France, la guerre et le monde étrange des Blancs son regard faussement naïf et décalé…
 
Alima Togola enregistre Mme Tirailleur à Joliba FM
 
"En couple" dans les Lycées de Sikasso (Mali) (2021)
"En couple" Lycees de Sikasso 2021

Créée en 2015 à Cotonou, au Bénin, En couple continue son chemin dans les Lycées de Sikasso, au Mali, où des lycéens ont choisi d'en jouer des extraits, et à l'Institut national des Arts de Bamako où la pièce a été prise comme travail de diplôme. Jean-Marie Ambroise Traoré et Honorine Diama qui l'ont déjà souvent jouée envisagent de la reprendre dans la mise en scène d'Hypolitte Kanga.
 
Fin des représentations de la "Légende Baoulé" (2021)
Le retour de l'épidémie en Europe a obligé les deux compagnies Deux Fois Rien (Suisse) et des Pataclowns (Bénin-Côte d'Ivoire) à annuler les dernières représentations de "La Légende Baoulé" prévues fin 2020. On ne verra plus ce beau spectacle d'ombres. Mais Fidèle Baha, Hyacinthe Brika, Anne Compagnon, Christelle Nicod et leurs collaborateurs ont tout de même donné 105 représentations et fait rêver 10 000 enfants pendant deux ans, en Suisse et en France, puis au Bénin, au Togo et en Côte d'Ivoire.