www.michelberetti.net
Œuvres    
Les Querelles intestines
en collaboration avec Bernard Bengloan

Les Querelles intestines
de Bernard Bengloan en collaboration avec Michel Beretti

avec :
Séverine Bujard
Jean-Luc Debattice
Gérard Despierre
Hélène Friedli
Michèle Gleizer
Gilbert Isnard
Harriett Kraatz
Patrick Lapp
Gilles Laubert
Anne Laubreaux
Jacques Michel
Danièle Morsa

mise en jeu : André Steiger
mise en formes : Roland Deville

T'ACT / Cellule de Création de Théâtre Ouvert / 30e Festival d’Avignon
première séance le 15 juillet 1976 à la Chapelle des Pénitents Blancs, Avignon (15 juillet - 2 août)

Dire la Chine au Théâtre, c'est la dire à partir du lieu privilégié de l'idéologie occidentale, donc la dire dans l'ordre descriptif le plus stéréotypique, le plus folkloriquement représentatif, en porter l'illusion jusqu'au point de non-retour d'un modèle hautement conventionnel : celui du "petit jaune" par exemple. Mais la Chine que nous risquons au jeu, ici, n'est pas notre contemporaine. Voici la Chine au temps des derniers Empereurs, la "Céleste". Ou plutôt, celle, mystérieuse et cruelle, des visionnaires occidentaux, où se joue la sauvagerie répressive (les pieds bandés des petites Chinoises), où s'officialise la bonté des "étrangers" (la consommation de l'opium), où se découvre une immense activité de récupération écologique (la quête permanente de l'engrais organique)...

Et une fois de plus, sans doute, nous allons travailler à mettre en question le récit de théâtre, à exiler la fable du devant de la scène, à la reléguer dans un second degré de représentation. Sans nous préoccuper de l'abondance quasi incontrôlable des spectacles où la technique narrative de l'induction se trouve exploitée en d'innombrables variations.) La seule réalité dont puisse rendre compte le théâtre, c'est la réalité de la "chose" théâtrale : production et discours.

Ainsi, dans l'arrière-boutique d'un "merdique" théâtre / music-hall, on réalise une "chinoiserie" à la mode sur un triple registre d'écriture : 1) la vie quotidienne du théâtre, 2) le texte de la pièce en cours de répétition, 3) les "rêves" d'une dame de lavatory (cf. Le Dernier des hommes de Murnau et les oeuvres oniriques d'Adamov) ; avec une double "problématique" : a) l'engrais humain naturel et son inscription économique, b) les revendications féminines et leurs implications culturelles et sociologiques.

Enfin, le public aura la possibilité de s'installer dans l'alternative ainsi proposée et de l'infléchir.
T'Act, 1976

 
À lire également
Madame Tirailleur (2019)
1914, quelque part dans un village d’Afrique de l’Ouest. Ouleye est fière d’avoir épousé un tirailleur sénégalais de l’armée coloniale des Français. Mais voilà la Grande Guerre. Bravant la réprobation des femmes, Ouleye revêt l’uniforme pour suivre son mari en France sur les champs de bataille : elle a peur qu’une Blanche lui vole son mari, et n’est-elle pas une bonne épouse dont le devoir est d’assurer à son mari la cuisine et le lit ? Ainsi Ouleye va-t-elle jeter sur la France, la guerre et le monde étrange des Blancs son regard faussement naïf et décalé…
 
Alima Togola enregistre Mme Tirailleur à Joliba FM
 
"En couple" dans les Lycées de Sikasso (Mali) (2021)
"En couple" Lycees de Sikasso 2021

Créée en 2015 à Cotonou, au Bénin, En couple continue son chemin dans les Lycées de Sikasso, au Mali, où des lycéens ont choisi d'en jouer des extraits, et à l'Institut national des Arts de Bamako où la pièce a été prise comme travail de diplôme. Jean-Marie Ambroise Traoré et Honorine Diama qui l'ont déjà souvent jouée envisagent de la reprendre dans la mise en scène d'Hypolitte Kanga.
 
Fin des représentations de la "Légende Baoulé" (2021)
Le retour de l'épidémie en Europe a obligé les deux compagnies Deux Fois Rien (Suisse) et des Pataclowns (Bénin-Côte d'Ivoire) à annuler les dernières représentations de "La Légende Baoulé" prévues fin 2020. On ne verra plus ce beau spectacle d'ombres. Mais Fidèle Baha, Hyacinthe Brika, Anne Compagnon, Christelle Nicod et leurs collaborateurs ont tout de même donné 105 représentations et fait rêver 10 000 enfants pendant deux ans, en Suisse et en France, puis au Bénin, au Togo et en Côte d'Ivoire.