www.michelberetti.net
    
Casanova (quasi una fantasia)

Casanova (quasi una fantasia)
avec :
Jacques Denis (Casanova)
Danièle Devillers (Margrete)
Véronique Montel (Lotte)

mise en scène : André Steiger, assisté de Daniel Wolf
décors et costumes : Claude Lemaire
éclairages : Yves Guala
régie générale : Josep Folch, Yves Bonzon
réalisation des costumes : Raymond Bléger
réalisation du décor : Joseph Weger, Joël Brodard, Pierre-André Baumann
couture : Raffaela Zoppi
coiffure : Nicole Dard

production : Nouveau Théâtre de Poche, Genève
création le 16 janvier 1986

Pendant les dernières années du 18e siècle finissant dans les orages, Casanova trouve refuge au château de Duc, en Bohême, où l'aventurier, vestige oublié de l'Ancien Régime, occupe la charge de bibliothécaire du comte de Waldstein. Trop vieux pour séduire encore, il aime trop les femmes pour y renoncer tout à fait et se résigner à revivre sa vie en pensée, au long de la rédaction de ses mémoires.
Il paie donc Margrete et Lotte, deux jeunes servantes du château, pour qu'elles raniment les souvenirs de scènes anciennes. A la fois fascinées et rétives, les deux comédiennes improvisées font l'apprentissage auprès du vieux séducteur des variations infinies de l'amour. Mais le chocolat n'est jamais battu comme il le faudrait, les macaronis ne sont pas cuits comme il l'aurait fallu, la réplique n'est pas dite comme elle était écrite. Et Casanova tyrannise les deux servantes maîtresses, qui féroces et joyeuses, le persécutent en retour...

première version des Bruits de la passion, Genève, 1998


Casanova (quasi une fantasia)

Casanova (quasi une fantasia)

Casanova (quasi une fantasia)

© Mario del Curto, 1986

 

 
À lire également
La Légende Baoulé à Charleville-Mézières (2018)
Après une belle tournée africaine en Côte d'Ivoire, au Bénin et au Togo, La Légende Baoulé sera reprise au Festival des Théâtres de marionnettes de Charleville-Mézières à la fin septembre. 
 
Djon bé sini don ? aux Zébrures d'Automne à Limoges (2018)
Djon bé sini don ? (Qui connaît l'avenir ? en langue bambara), le monologue écrit par Michel Beretti pour Alima Togola, est repris aux Zébrures d'Automne version off, dans le cadre des Frncophonies en Limousin. La jeune comédienne malienne jouera le 5 octobre à 15 heures au Théâtre Expression 7 à Limoges.
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
Von 1849 bis 1855 reiste Heinrich Barth nach Afrika. Zwischen September 1853 und Mai 1854 verbrachte er mehrere Monate in Timbuktu. Nur zwei Westler waren vor ihm in diese Stadt eingedrungen, die den Christen wegen Todesstrafe verboten war : René Caillié hatte Timbuktu zwanzig Jahre zuvor, 1829, besucht ; kurz vor ihm war Major Alexander Gordon Laing ihm vorausgegangen, aber er war nach seiner Abreise aus der Stadt ermordet worden, und seine Beobachtungen sind für immer verloren. Timbuktu ist immer von einer geheimnisvollen Aura umgeben.
In Timbuktu, er entdeckt Manuskripte, die für ihn eine wahre Offenbarung sind. Im Gegensatz zu seinen Zeitgenossen glaubt Barth, dass Afrika eine Geschichte hat.  Er behandelt diese Geschichte als Historiker seiner Zeit, die die Geschichte Europas behandeln. Im Westen ist dies ein bahnbrechender Gedanke ; Barth macht einen ersten Schritt in Richtung einer Weltgeschichte, die aus verschiedenen Geschichten mit mehreren Interaktionen besteht.