www.michelberetti.net
    
Zazie dans le métro
d'après Raymond Queneau

Théâtre musical
pour soprano, baryton, récitant et orchestre
Commande de l'Orchestre National d'Île-de-France
en partenariat avec les Editions Gallimard
Editions Ricordi

musique : Matteo Franceschini
livret : Michel Beretti
direction musicale : Mélanie Lévy-Thiébaut
mise en espace : Christian Gangneron
scénographie : Edouard Sautai
lumières : Nicolas Roger

Zazie : Sevan Manoukian, soprano
Gabriel : Jean-Baptiste Dumora, baryton
Le Narrateur : Guillaume Marquet, comédien

Création à Paris, Théâtre du Châtelet, le 5 février 2012

"Doukipudonktan", ainsi commence Zazie dans le métro de Raymond Queneau. Que Zazie n'a pu pénétrer dans le métro interdit, parce qu'en grève, tout le monde le sait. Que la vie soit un enchaînement hasardeux et néanmoins fatal de petites causalités sans rapport les unes avec les autres, à force de vieillir on finit par le comprendre. Que la langue française trouve là une saveur nouvelle, l'Education nationale elle-même a fini par le reconnaître. C'est ce célèbre roman de Raymond Queneau, paru aux Editions Gallimard en 1959 que l'Orchestre National d'Ile-de-France a choisi de mettre en musique pour ses 43 musiciens.

"Napoléon, mon cul !" Zazie, c'est avant tout l'adaptation du roman le plus connu de Raymond Queneau, Zazie dans le métro, qui raconte les rocambolesques aventures d'une gamine provinciale montée à Paris pour voir son oncle Gabriel. Ajoutez-y l'Orchestre National d'Ile-de-France, deux chanteurs lyriques et un conteur, et on embarque pour une découverte de Paris sauce Zazie ! La petite Zazie arrive de province avec un seul rêve en tête : monter dans le métro parisien ! Quand sa mère la dépose chez son oncle Gabriel, elle n'a que faire de ses propositions de visiter des monuments… Mais son très cher oncle va lui faire découvrir un Paris caché auquel, du haut de ses douze ans, elle ne s'attendait pas ! Partie pour un voyage parisien inédit, la gamine espiègle découvre le monde des adultes sans finalement jamais voir le bout d'une bouche… de métro ! Au rythme des "mon cul !" de Zazie et des goûts inattendus de Gabriel, petits et grands rient ensemble des tribulations de ce couple improbable. C'est un magnifique conte musical destiné aux enfants que signe ici cette équipe, à la tête de laquelle se trouve le jeune compositeur italien Matteo Franceschini, maniant tout autant la musique et les voix que les moyens contemporains : des projections vidéos s'ajoutent à une mise en scène déjà très complète proposée par Christian Gangneron. Les deux chanteurs, incarnant Zazie (Sevan Manoukian) et Gabriel (Jean-Baptiste Dumora), sont accompagnés d'un énergique récitant aux mille chapeaux et personnages, Guillaume Marquet. Le tout est mené de main de maître par la chef d'orchestre Mélanie Levy-Thiébaut, ajoutant humour et légèreté au très beau livret de Michel Beretti. ("Musical Avenue", 2012)

le Narrateur faisant parler le perroquet dans Zazie

 

"Opera tratta dal libretto di Michel Beretti da Zazie dans le metro ed eseguita dall’Orchestra Sinfonica Tito Schipa diretta da Pasquale Corrado. Musica e teatro insieme in un susseguirsi di azioni stravaganti, un viaggio surreale ed umoristico in un percorso di immagini ed episodi musicali legati dalla poesia e dai gesti." ("Telerama News, 2013)


Une nouvelle version de Zazie dans le métro réorchestrée pour 19 musiciens (commande de l'ARCAL - Compagnie nationale de Théâtre lyrique et musical, Editions Ricordi) a été créée à l'Opéra de Reims le 8 décembre 2015
avec
Zazie : Anouschka Lara, soprano
Gabriel : Jean-Baptiste Dumora, baryton
Le Narrateur : Guillaume Marquet, comédien

direction musicale : Ruth Schereiner

 
À lire également
Entrent Mary Shelley et Casanova... (2018)
 
collage Philippe Macasdar
Philippe Macasdar, directeur du Théâtre Saint-Gervais (Genève) m'écrit (25 septembre 2017) : "Rencontres (dialogues ?) imaginaires. Une collection pour raconter une Genève faite d'écrivains y étant passés et pour certains installés, plus ou moins acceptés, plus ou moins inspirés, plus ou moins heureux; certains repartis ailleurs, pour y revenir ou plus jamais; d'autres enfin n'ayant pu y entrer, stopper net à la frontière... Genève est la patrie des écrivains. Paradoxale, rétive et poreuse, généreuse et ombrageuse. Genève qui se nourrit et qui nourrit. Terre d'accueil propice à la réflexion, à l'inspiration, à la création..."
 
Hunting the Blue Whale (2018)
 
Hunting the Blue Whale est un projet d'écriture numérique collective débouchant sur un spectacle théâtral pour plusieurs établissements scolaires. Il sera réalisé au cours de l'année scolaire 2018-9 à l'Ecole de Culture Général de Fribourg. Contact a été pris avec d'autres établissements scolaires en Suisse, en France et au Mali.
Alexandre Doucin - projet Govi
 
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
De 1849 à 1855, Heinrich Barth voyage en Afrique. Il séjourne plusieurs mois à Tombouctou entre septembre 1853 et mai 1854. Seuls deux Occidentaux étaient entrés avant lui dans cette ville interdite aux Chrétiens sous peine de mort : René Caillié avait visité Tombouctou vingt ans plus tôt, en 1829 ; juste avant lui, le major Alexander Gordon Laing l’avait précédé, mais il avait été assassiné après son départ de la ville, et ses observations sont à jamais perdues. Tombouctou est toujours entourée d’une aura de mystère. A Tombouctou et dans la région de la boucle du Niger, Barth découvre des manuscrits qui sont pour lui une véritable révélation : contrairement à ses contemporains, Barth pense que l’Afrique a une Histoire. Il traite cette Histoire comme les historiens de son époque traitent celle de l’Europe. En Occident, c’est une pensée pionnière ; Barth fait un premier pas vers une Histoire mondiale composée d’histoires différentes aux interactions multiples.