www.michelberetti.net
Œuvres

On trouvera dans « Œuvres » notices et distribution à la création pour les pièces de théâtre, livrets d’opéra, adaptations, traductions, formes hybrides, par ordre chronologique des plus récentes aux plus anciennes.
Toutes les oeuvres en un coup d'oeil...
 
+ Traversée (2019)
"Entre la dissipation de l'oubli qui entoure les anciennes infrastructures spatiales et leur disparition, ce voyage sonore prête une voix à l'absence. Récits d'hommes, d'animaux, de paysages bruissants des rumeurs de la grande Histoire, entre documentaire et fiction, cette évocation traverse soixante ans d'aventure terrestre de l'espace." Traversée est un voyage sonore créé lors de l'Exposition "Dissipations" pour les Journées européennes du Patrimoine 2019, production Centre National des Etudes Spatiales.
Diffusion exceptionnelle les 30 et 31 janvier 2021 sur la chaîne Vimeo de l'Observatoire de l'Espace.
 
Une grande ville d’Afrique. Lindiwe rencontre par hasard Zanele qui s’est enfuie de chez son mari. L’une est une jeune femme de la ville, l’autre vient de son village ; toutes deux éprouvent le même désir qui leur fait peur pour une autre femme : sont-elles normales ? se demandent-elles. Comment ont-elles pu se laisser  « contaminer » par cette dépravation venue de l’Occident ? Elles ignorent encore que l’amour entre personnes du même sexe existait depuis longtemps chez les peuples d’Afrique...
 
"Les enfants du chaos. Il n’y a pas eu d’enfants du chaos, finalement. Non que le chaos n’eût pas enfanté. Des enfants ou des monstres. Au contraire, ils sont innombrables, et, on le sait, d’une effrayante banalité, sans cesse renaissants, qui l’eût cru ? Simple constatation qui suffit à débarrasser de son apparente futilité ce minuscule chapitre de l’histoire de la littérature : le voyage d’un écrivain français célèbre, assez célèbre, à Berlin. Berliner Luft ! Ici, le sommeil est léger et intermittent, mais il l’ignore encore. Tout comme il ignore qu’il n’y aura pas d’enfants du chaos. Peut-être sont-ils là, dans cette valise à ses pieds. Dans les limbes. Il attend son guide, mais personne ne vient. Il se fait tard. Des ombres passent, un brouillard froid monte de la Sprée, et l’inquiétude s’insinue en lui avec le brouillard. Cet homme un peu gras, un peu mou, cet écrivain célèbre, assez célèbre, qui ne sait pas encore qu’il recevra le Prix Nobel couronnant une vaste saga familiale, c’est moi, Roger Martin du Gard, mais ici, ce sera RMG..."
 
Une jeune femme africaine refuse le rôle dévolu aux femmes de son pays. Jouant tour à tour le rôle de ses ex-futures belles sœurs, de son ex-future belle-mère, de son ex-futur mari, elle démonte avec une réjouissante férocité le petit système d'oppression que toutes et tous entretiennent. Elle a épousé un Blanc : pour les siens, elle n’est plus tout à fait une Africaine. Mais de l’autre côté de la mer, Noire, qui sera-t-elle au pays des Blancs ?
 
"Adjara - Abobo ! Il n’y a que toi qui crois que tout est gratuit en France, Tantie, et les innocents chez nous qui font la queue au consulat ! En Afrique, tu n’as pas d’argent pour préparer, tu vas manger chez les cousins ; tu n’as plus de chambre, tu vas dormir chez la grand-mère ; tu n’as plus d’unités, un cousin petit fonctionnaire va t’envoyer 1000 francs par Orange Money ! Chez nous, oui, tu téléphones, tu manges, tu dors, tu chies gratuit, mais pas ici ! Ici, tu peux crever sur le trottoir, personne ne te viendra en aide !"
 
+ Rue 369 (2018)
Dans la rue 369 à Bamako Coura, au Mali, il y a des cours familiales, et ces familles emploient des aides ménagères qu'on appelle non sans condescendance "les bonnes" ou "les 52", venues de leurs villages pour gagner l'argent de leur trousseau de mariage, ou parce qu'elles ont écouté leurs soeurs aînées soupirer : "Bamako kadi tro !" (Bamako est si doux). Certaines affirment qu'elles ne repartiront jamais pour leur village, d'autres attendent que leurs parents les rappellent quand ils auront fixé la date de leur mariage avec un homme que leur famille a choisi pour elles : " - Il te plait, ton futur mari ? - Doni (un peu)." (Rires.)
 
Retour à Bjaieth création à BamakoEntre mer et désert, dans une ville blanche, aveuglante de blancheur, un étranger rumine dans sa chambre d’hôtel. Une jeune fille s’introduit dans sa vie. Elle l’enferme à clé dans sa chambre pour qu’il guérisse, dit-elle, de sa maladie, l’oblige à dire la ville, le désert, sa beauté avec des mots toujours nouveaux. Est-elle une prostituée ? Une jeune fille fantasque qui cherche l’occasion de quitter cette ville sans espoir où il ne pleut plus depuis deux ans ? Elle le sauve ; il ne la sauve pas. Elle le vole, elle lui ment, mais quand il retourne à Bjaieth, il comprend qu’il lui a volé beaucoup plus qu’elle ne lui a volé.
 
Légende Baoulé : la chute de Kouakou dans la Comoe en crueLe Lion, l’Eléphant et la Hyène, s’étonnent : comment les hommes peuvent-ils tuer sans raison, et pas seulement pour se nourrir ? L'Eléphant se souvient alors d'une vieille légende qui raconte comment une princesse sacrifie son fils unique pour sauver son peuple. Les trois animaux des contes se racontent la légende... et se disputent vivement à propos de sa fin. Le Lion prétend que l’enfant s’est sacrifié volontairement, la Hyène que sa mère l’a jeté à l’eau sans autre forme de procès, l’Eléphant qu’il a refusé de se sacrifier. Pourtant le peuple Baoulé a été sauvé. Alors, que s’est-il passé ?
 
Popyno Massamba rentre chez lui - afficheLe vieux lion est un peu édenté, mais il est toujours solide comme un baobab après avoir bourlingué dans toute l'Afrique au hasard des guerres civiles, joué, conté, chanté, aimé des femmes. Parce qu'il ne savait plus si un oiseau s'était posé sur sa main alors qu'il jouait La Parenthèse de sang de Sony Labou Tansi, Popyno Massamba a décidé de rentrer chez lui pour retrouver des témoins de cette époque où naissait le théâtre africain. C'est l'histoire que j'ai imaginé pour le vieux comédien...
 
 
 
1 à 10 sur 133    suivants >>
 
 
À lire également
Madame Tirailleur (2019)
1914, quelque part dans un village d’Afrique de l’Ouest. Ouleye est fière d’avoir épousé un tirailleur sénégalais de l’armée coloniale des Français. Mais voilà la Grande Guerre. Bravant la réprobation des femmes, Ouleye revêt l’uniforme pour suivre son mari en France sur les champs de bataille : elle a peur qu’une Blanche lui vole son mari, et n’est-elle pas une bonne épouse dont le devoir est d’assurer à son mari la cuisine et le lit ? Ainsi Ouleye va-t-elle jeter sur la France, la guerre et le monde étrange des Blancs son regard faussement naïf et décalé…
 
Alima Togola enregistre Mme Tirailleur à Joliba FM
 
Djon yé patroni yé ? (2021)
Voilà donc Djami que ses tantes ont envoyée dans la grande ville où tout l'effraie, naïve, passive, acceptant son destin d'esclave domestique. Elle a le malheur de s'appeler Djami comme sa patronne qui exige qu'elle change son nom : elle est devenue une autre. Sa patronne, inactive, se décharge peu à peu sur elle du soin de la maison, comme cela se pratique couramment dans la réalité. Djami devient indispensable : la servante parfaite. Elle s'occupe de tout, devançant même les ordres de aa patronne qui ne peut plus se passer d'elle. Au point de remplacer sa maîtresse dans le lit de Monsieur ? La servante est devenue maîtresse. Si Djami est devenue la servante absolue, c'est peut-être pour venger sa mère morte qui a travaillé autrefois dans cette même maison et la honte de sa naissance. Elle quitte sa patronne en dépit de ses supplications. Dans la servitude, Djami a appris à devenir Djami.
 
Fin des représentations de la "Légende Baoulé" (2021)
Le retour de l'épidémie en Europe a obligé les deux compagnies Deux Fois Rien (Suisse) et des Pataclowns (Bénin-Côte d'Ivoire) à annuler les dernières représentations de "La Légende Baoulé" prévues fin 2020. On ne verra plus ce beau spectacle d'ombres. Mais Fidèle Baha, Hyacinthe Brika, Anne Compagnon, Christelle Nicod et leurs collaborateurs ont tout de même donné 105 représentations et fait rêver 10 000 enfants pendant deux ans, en Suisse et en France, puis au Bénin, au Togo et en Côte d'Ivoire.