www.michelberetti.net
Biographie

Études de Philosophie et de Linguistique à l’Université de Genève.

Écrivain de théâtre : auteur de 135 pièces, adaptations, livrets d’opéra, textes de perfomrances ou de lectures-spectacle, représentés sur les scènes européennes et africaines (septembre 2019).

Théâtre lyrique :
Dramaturge de l’Opéra National de Paris de 1986 à 1995.
Dramaturgies : Oper Frankfurt, Hamburgische Staatsoper, National Theater Mannheim, Schwetzinger Festpiele.
Mises en scène : Oper Frankfurt, Ulmer Theater, Pfalztheater Kaiserslautern, Badisches Staatstheater Karlsruhe, Opéra-Comique (Paris).

Der Golem Opera Ulm
Der Golem, mise en scène M. Beretti, scénographie et costumes Eric Chevalier

Expérience d'enseignement :
Lecture comparative des textes théâtraux contemporains depuis Bernard-Marie Koltès dans les Ecoles professionnelles de théâtre et les classes pré-professionnelles des Conservatoires (Conservatoires de Genève et de Fribourg, Ecole Serge Martin, Genève, Ecole des Teintureries, Lausanne).
Conférences musicologiques : Opéras de Limoges, Reims, Paris, Conservatoire de Paris, Cité de la Musique.
Formation des enseignants à l’atelier d’écriture et à l'enseignement du théâtre en classe, ateliers d'écriture : académies de Versailles, Dijon, Besançon.
Dramaturgie de la voix à l'Université de Lausanne.

Sociétaire de la SACD-Suisse de 1976 à 1984, de la SACD de 1984 à 2000 et depuis 2010, entre-temps membre de la SSA (Société Suisse des Auteurs). Membre des Ecrivains Associés du Théâtre (EAT).

Participations à des comités de lecture : Prix Sony Labou Tansi des lycéens, Eurodram, SSA.

Bourses et résidences :
GRACE - Centre National des Etudes Spatiales (2018-2019)
La Chartreuse – Centre national des Ecritures du Spectacle (2006, 2008, 2010, 2011)
Association Beaumarchais (1993)
Zuger Kulturstiftung Landis & Gyr (2007-2008)
Fondation pour la Mémoire de la Shoah (2012-2013)
Pro Helvetia (plusieurs soutiens à l'écriture de pièces en Suisse)
« Par-dessus le mur, l’écriture » – Saute-frontières, 2004
Maisons-Mainou, Vandœuvres, 2000-2006




photo Sandro Campardo / Keystone

Biographie (septembre 2019)

Né à Ambazac, en France, philosophe et linguiste de formation (Université de Genève), écrivain de théâtre, Michel Beretti est l’auteur de pièces, adaptations, traductions, textes de performances et livrets d’opéra, représentés en Europe et en Afrique. Il vit au Mali.

Dernières créations théâtrales, en cours ou à venir :
Traversée, « voyage sonore », performance (production de l’Observatoire de l’Espace du Centre National des Etudes Spatiales, Paris, 2019), 4928 ou le Voyage en Suisse de Rosette W. (Neuchâtel, 2016, 2018), La Querelle de la Paix (Fribourg, 2016), Madame Tirailleur (Facteur Théâtre, Reims, 2016), 蒸発 (japonais : Mal de Lune, création prévue à Osaka, 2022), Animal !, mise en scène Elidan Arzoni (Compagnie Métamorphoses, Genève, création prévue en 2021), Les enfants du chaos, pour le metteur en scène Jean-Claude Berutti (mise en espace Première Approche, Conservatoire d’Avignon, 2019).

En Afrique de l’Ouest :
Trop de diables sous leurs jupes, en collaboration avec Nathalie Hounvo Yekpé (Cotonou, Institut français, 2015), En couple ! (Bamako, FITHEB, 2015 ; Institut français du Mali, 2017), Conversation sur le rivage du monde (Bamako, 2015, tournée en bambara, 2016), Les Marguerites ne poussent pas dans le désert, d’après le recueil de nouvelles de Birama Konaré (Bamako, 2016), Au Paradis, les femmes ne pètent pas (Bamako, 2018, 1er Prix des Journées théâtrales de Guimba national), Pêcheuses de Lune (Bamako, I.F. du Mali, 2019, tournée en Afrique de l’Ouest). Djon bé sini don ? (bambara : Qui connaît l’avenir ?), pour Alima Togola (Bamako, Complexe culturel BlonBa, I.F. du Mali, 2018-9, Francophonies en Limousin - Zébrures d’Automne, Limoges, 2019, tournée en préparation dans les Instituts français d’Afrique en mars-avril et juin 2020).

À venir :
Poisson braisé, sur l’amour entre femmes africaines (FITMO, Ouagadougou, 2019), Djon yé patronni yé ? (Qui est la patronne ?), traduction en bambara Tiéblé, mise en scène Alioune Ifra N’diaye (Bamako, BlonBa, 2019), Sœurs, pour Alima Togola et Korotoumou Sidibé (coproduction Noor-Mali / Terre Rouge-France, premières représentations prévues à l’Institut français du Mali début 2020, résidence de création au Théâtre de l’Arlequin, BlonBa-France - direction Jean-Louis Sagot-Duvauroux). Fagalî (bambara : « tuerie », « massacre ») sur les conflits au Mali (création prévue au Complexe culturel BlonBa, Bamako, 2020), en partenariat avec la radio-télévision Joliba.
En cours d’écriture :
Fille de Cham, pour Assitan Tangara et Honorine Diama (Cie Anw Jigi Art, Bamako, création prévue en 2020).

Informations sur les pièces, les chantiers en cours et l’actualité des spectacles sur www.michelberetti.net

Contact : michel.beretti@gmail.com

 
À lire également
Madame Tirailleur (2019)
1914, quelque part dans un village d’Afrique de l’Ouest. Ouleye est fière d’avoir épousé un tirailleur sénégalais de l’armée coloniale des Français. Mais voilà la Grande Guerre. Bravant la réprobation des femmes, Ouleye revêt l’uniforme pour suivre son mari en France sur les champs de bataille : elle a peur qu’une Blanche lui vole son mari, et n’est-elle pas une bonne épouse dont le devoir est d’assurer à son mari la cuisine et le lit ? Ainsi Ouleye va-t-elle jeter sur la France, la guerre et le monde étrange des Blancs son regard faussement naïf et décalé…
 
Alima Togola enregistre Mme Tirailleur à Joliba FM
 
Djon yé patroni yé ? (2021)
Voilà donc Djami que ses tantes ont envoyée dans la grande ville où tout l'effraie, naïve, passive, acceptant son destin d'esclave domestique. Elle a le malheur de s'appeler Djami comme sa patronne qui exige qu'elle change son nom : elle est devenue une autre. Sa patronne, inactive, se décharge peu à peu sur elle du soin de la maison, comme cela se pratique couramment dans la réalité. Djami devient indispensable : la servante parfaite. Elle s'occupe de tout, devançant même les ordres de aa patronne qui ne peut plus se passer d'elle. Au point de remplacer sa maîtresse dans le lit de Monsieur ? La servante est devenue maîtresse. Si Djami est devenue la servante absolue, c'est peut-être pour venger sa mère morte qui a travaillé autrefois dans cette même maison et la honte de sa naissance. Elle quitte sa patronne en dépit de ses supplications. Dans la servitude, Djami a appris à devenir Djami.
 
Fin des représentations de la "Légende Baoulé" (2021)
Le retour de l'épidémie en Europe a obligé les deux compagnies Deux Fois Rien (Suisse) et des Pataclowns (Bénin-Côte d'Ivoire) à annuler les dernières représentations de "La Légende Baoulé" prévues fin 2020. On ne verra plus ce beau spectacle d'ombres. Mais Fidèle Baha, Hyacinthe Brika, Anne Compagnon, Christelle Nicod et leurs collaborateurs ont tout de même donné 105 représentations et fait rêver 10 000 enfants pendant deux ans, en Suisse et en France, puis au Bénin, au Togo et en Côte d'Ivoire.